Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 20:37

J'ai vraiment du mal à savoir comment avancer dans ce blog mais là, puisqu'il est 4h38 du matin, que j'ai pas sommeil, que mon petit Masaya s'est endormi dans mon lit comme un gros chat (et puis c'est pas pour la place qu'il m'a laissée au final XDDD) et que je suis d'humeur philosophique, parlons mes amis.

De Tokyo, de ces gens, de moi qui me suit fourrée là dedans Dieu seul sait pourquoi. Et pourtant non je sais bien même si des fois je me dis que c'est vraiment pas rien, que ces français qui pignent de vouloir vivre au Japon alors qu'ils en seraient incapable, qu'ils font d'ailleurs pas l'effort. Qui me disent que j'ai de la chance alors que, même si j'ai eu des coups de bols, même si je suis pas la plus mal lotie, même si j'ai des parents géniaux qui me soutiennent et me laissent voler de mes propres ailes tant que je les extorque pas comme un vieux parasite, on peut pas appeler ça de la chance. Je me lance pas de fleurs mais j'ai toujours eu du mal à prendre les devant des choses. C'est pas un problème d'ambition mais c'est que j'ai du mal à m'imposer à prendre des initiatives. Mais même si c'est parti d'un rêve j'ai réussi à le faire et vous imaginez pas comme la pratique à rien à voir avec la théorie. Passer des coups de fils en anglais, en japonais, alors que quelques mois avant appeller quelqu'un d'inconnu en français me demandais plusieurs jours de combat psychologique avec moi-même, aller questionner les gens sur son chemin alors qu'on a de grande chance de devoir les faire répéter 50 fois alors que même dans Paris je mets 3h à me décider, aprendre à se repérer dans une ville qu'on a jamais vu dans une langue qu'on parle mal, travailler 14h par jour... Et seule. Au début j'étais accompagnée si on peut dire mais par quelqu'un... dont j'ai même pas envie de parler tellement j'ai peur de m'enflammer.
Je me surprend moi-même d'avoir fait déjà tout ça parce que d'habitude j'ai vraiment que de la gueule mais j'ai pas franchement de courage. J'ai l'air sans peur et sans reproche alors qu'en fait j'ai les chocottes de trucs basiques. Mais ça a quand même pas du tout été facile.

Mais marre de tout ça, 20 ans seulement mais tant pis, je veux parler japonais, je veux connaître ce pays, je veux pouvoir être fière de moi. Alors quoi qu'il arrive j'abandonnerais pas même si je dois retourner bosser 14h par jour pour des clopinettes.

Au mois de Janvier ça a été dur... Parce que j'étais revenue au point de départ, atrocement seule dans ce pays qui fonctionne vraiment pas comme le notre. "Rencontre des gens" qu'on me disait.... Putain si vous saviez ce que c'est de rencontrer des gens ici, même les japonais crèvent de solitude, même avec plein de contacts dans son téléphone, combien peut-on rencontrer régulièrement ? En France les gens discutent facilement entre eux, un petit évènement nous oriente et on discute. Au Japon, dans le métro, dans le train, dans la rue, dans les café, soit vous connaissez déjà des gens soit vous êtes seuls et vous y resterez. Le conducteur peut vous faire un virage de malade, là où tout le monde en France se regarderait outrés ou amusés, ici on garde la tête baissée.
Une fois dans le train, minuit et demi, rentrant vers Kawasaki après une dure journée, un jeune garçon pleure à mes côtés. Il parcoure le répertoir de son téléphone et, ce n'est vraiment pas un asociale que j'ai là, son répertoire est looooooong, mais combien de fois l'a t'il passé pendant ce temps, s'arrêtant parfois sur un nom en hésitant, puis continuant son exploration, pour après un long moment, envoyer un mail de 2 lignes, le voir sourire et soupirer de soulagement.

Combien de scènes telles que celle là m'ont serré le coeur, combien de gens ivres mort, parfois très jeunes, combien de salariés en costume de 25 à 50 ans s'écroulant de sommeil dans le train, les yeux rouges. Et mes collègues qui se tuent à la tâche, pour que j'apprenne au fur et à mesure que ce travail, ils l'execrent, qu'ils ne veulent qu'une chose, c'est s'occuper de leur famille, jouer avec leurs enfants, les voir grandir, certains veulent d'un voyage à Hawaii ou devenir magicien à Las Vegas, certains veulent brûler leur jeunesse avec des amis, des filles et de l'alcool... Mais il peuvent à peine nourrir cette famille qui vit sans eux, ils ne pourront jamais se payer Hawaii, n'ont pas le temps de toucher à leur copine plus d'une fois par semaine. Mais ils sourient et rient sans cesse, une plainte de temps en temps mais au final, c'est pas grave rions.
Nous en France même lorsque tout va bien on cherche toujours les sujets graves ou une raison de se plaindre.
Au Japon même quand tout va mal on l'ignore et on ferme les yeux dessus en souriant.
En France on cherche à attirer l'attention en étant à plaindre.
Au Japon on cherche à attirer l'attention en aspirant l'envie.
On a tellement de choses à apprendre les uns des autres.

A Yoshii-san qui sait donner le sourire à n'importe qui.
A Imada-san qui nous montre avec émotion les photos de son petit bout de 3 mois.
A Oo-san qui rêve d'une copine, de faire des enfants et d'aller à Hawaii avec des yeux plein d'espoir alors qu'il traîne ici depuis 1ans et demi avec un boss qui lui fait la misère.
A Tetsu qui rêve de tout sauf ça.
A Sakae-san qui crève d'envie de s'enfuir.

Et puis il y a Yuki.
Je le comprend pas, personne le comprend. Il est doué, intelligent, une mémoire infaillible. Son visage est le plus souvent impassible mais au sourire facile. Il est pas vraiment timide, il parle pas beaucoup mais choisi bien ses mots. Et il est toujours là si besoin. Il se tue à la tâche plus que quiconque même le chef. Et garde la forme même après une semaine de combien... plus de 100h parfois, de 8h du matin à 5h de... l'autre matin, et puis le lundi aussi tant qu'à faire. Mais carbure à 2, 3, 4, 5 expresso par jours. Et des fois quand il n'y a pratiquement plus que moi et lui, on voit ses yeux gonflés et rouges, un baillement, sa main passer sur son visage, s'assoir et avoir du mal à se lever. Et me fixer droit dans les yeux comme les japonais ne le font jamais. Et se tourner vers moi avec un grand sourire dès qu'il entend mon rire. Parce que tout le monde trouve sa force exemplaire, et lui dit de persévérer alors que moi elle me fait peur. Que quand à minuit et demi je me tire et qu'il est toujours là, seul, que je me met à lui crier dessus pour qu'il se repose, qu'il rie, qu'il me remercie mais qu'il n'en fasse rien.
Et pourtant il aime la vie Yuki, il aime faire la fête, il aime boire il aime les filles. Et c'est lui qui propose de sortir le dimanche soir quand les autres répondent qu'ils sont fatigués.
Ces choses là qui font que en deux mois, plus que Tetsu le canon de service, c'est Yuki et ses grands yeux à rayon X qui a attiré mon attention. Il m'a toujours échappé mais il me manque....

Ils me manquent tous.

J'ai rencontré un autre spécimen de gens qui sont plein de passions, plein de rêves et qui se plongent à fond dans le boulot. Celui là c'est Tarô, un ami de Sonia. On a passé une nuit de folie furieuse tout les trois (non pas comme ça non plus enfin XD) à coup de Vodka Malabar. Tarô il passe des nuits au bureau, il y sacrifie ses week end et tout ça pour dire qu'il le déteste à fond...
Ces gens me dépassent, c'est vraiment mon énigme à résoudre ici mais,
Cette nuit avec Sonia et lui m'a rappelé que comme je l'ai souvent dit, j'ai un don pour rencontrer des gens géniaux.

Et même si le temps passe j'ai encore du temps pour en rencontrer d'autres.

Et puis il y a MUCC que j'ai revu pour la 3ème fois et sa voix qui me transperce le coeur.

Et puis il y a Masaya mais lui, c'est une autre histoire pour un autre article...


゚・:,。゚・:,。★゚・:,。゚・:,。☆゚・:,。゚・:,。★゚・:,。゚・:,。☆゚・:,。゚・:,。★゚・:,。゚・:,

この大空を包んだ粉雪よ
À la neige qui a enveloppé ce ciel,
さぁ降り積もれ降り積もれこの心に
Allez, tombe et tombe et recouvre mon cœur
白くDe blanc
白くDe blanc


(Yasashii Kioku -Tatsurô, MUCC)


Partager cet article

Repost 0

commentaires

coralie 14/08/2011 01:52



tu as beaucoup de courage!Apprendre à savourer la vie pour ce qu'elle est,n'est pas simple mais déjà se rendre compte qu'elle est précieuse,c'est beaucoup.En tout cas même si tu te sens
seule,bat toi!parfois tu as le droit de flancher,de pleurer si cela peut t'aider à te relever pour te battre,pour mener la vie que tu veux.Je ne sais pas si c'est mots te toucheront,mais moi
c'est ce que je me dis,pour me bouger et essayer de choisir mon chemin de vie,même si je souffre d'être seule parfois,même si je suis timide et que j'ai peur,je pense que la vie nous réserve de
belle chose et qu'il faut se battre pour la saisir!!.Heureusement qu'il y a le rire et les connerie pour alléger ce quotidien de bataille xP Pizou bonne soirée



shinitaan 27/03/2010 16:26


Je suis arrivée ici par le biais de Sonia.

D'ordinaire, j'aime pas trop laisser de commentaires aux inconnus parce que je suis décidément pas bien courageuse mais bon pour une fois, ça va pas faire de mal.

Donc toute cette intro pour dire que j'ai aimé lire ton blog jusqu'à présent, j'ai fait ça en deux journée pour te dire. En fait, tu as une manière d'écrire simple, et efficace couplé avec un
humour parfait. J'ai souvent rire du fait de certaines tournure, expressions.

Puis ce post qui est, je trouve, très triste...ah, je sais pas mais ça fait du bien de lire ce genre de texte de personne qui aime le Japon et qui au final y est. ça remet les pendules à l'heure.
Le coup du garçon qui regardent ses contacts sur son mobile, ça m'a complètement achevé, vraiment. Je vais me taire là ou je vais finir sentimental.

L'an prochain, je pars peut-être vivre un an au Japon, je tente de me renseigner comme je peux mais c'est bien de tomber sur des blogs 'tranche de vie'. Enfin, je te souhaite bien du courage pour
le reste de ton séjour. Je pense que je passerai de temps en temps voir s'il y a des udaptes. =)


Claire 27/03/2010 18:34


Ton commentaire me fait très plaisir

isabelle 03/03/2010 00:38


Claire, je suis une lectrice de Sonyan. Je voulais juste dire que je suis contente d'être passée par là.


Marine 28/02/2010 23:11


Tu m'as foutu les larmes aux yeux avec ton article >.

Claire 01/03/2010 09:16


T'inquiète pas ça fait bien longtemps que j'ai plus l'impression qu'on m'aime pas, ça m'a toujours donné beaucoup de force de savoir que quoi qu'il arrive ici j'avais tout ce petit monde en France
qui m'attendait.

Au final je ne préfère rien justement, les japonais et les français s'admirent de loin mais ils ont énormément à apprendre les uns des autres. On est les deux extrêmes opposés mais en se
comprennant on peut trouver un juste millieu. Les japonais qui voyagent beaucoup sont vraiment des gens géniaux, j'en ai rencontré pas mal, que ça soit en France ou ici et ils ont vraiment un autre
regard, son moins coincés mais restent des gens positifs.

Et aussi c'est là que j'ai appris la valeur d'un groupe comme MUCC. Ici j'ai appris à les aprécier à 200% parce que déjà leurs chansons qui pouvaient me paraître abstraites me touchent 1000 fois
plus parce que je sais de quoi ça parle, je sais dans quel contexte elles ont été écrites, et aussi à quel point ça a de la valeur de pouvoir le faire dans un monde ou chacun se voile la face. Et
c'est d'autant plus fort qu'ils sont loin d'être un groupe pessimiste au final. Un type comme Miyavi aussi en jète particulièrement. Et voir ces grandes salles remplies de gens qui les comprennent
ça fait chaud au coeur.

Et merci pour ton comm pavé j'adore *0*


Leslie 28/02/2010 22:06


Arf... Il m'a émue ton article, je trouve pas trop les mots... Voilà, j'imagine que c'est ça le Japon, le vrai, nous qui n'en voyons que le côté fun, mangas, gothopouffes et autres visu, et tout
ça... C'est bien de le préciser, c'est bon de se rappeler que même si on apprécie/idéalise ce qu'on croit savoir de sa culture, ce pays reste un pays avec ses qualités, et ses défauts :/


Présentation

  • : Hakanai Ageha
  • Hakanai Ageha
  • : Journal de bord de mes voyages au Japon. J'y ai vécu à Tokyo de septembre 2009 à septembre 2010 et y suis à nouveau depuis avril 2013, à Osaka cette fois.
  • Contact

Recherche